VERNISSAGE le mardi 30 novembre à partir de 15h
EXPOSITION du 1er décembre 2010 au 5 février 2011
(fermeture du 24 décembre au 2 janvier)
OUVERTURE du mardi au samedi de 14 à 18 heures
Entrée libre / Accueil de groupes sur rdv

Catherine Melin est née à Niort en 1968. Récemment installée à Marseille, son travail reste encore méconnu localement alors qu'il a fait l'objet en 2010 de plusieurs expositions monographiques au Musée d'art contemporain de Perm et au NCCA d'Ekaterinbourg (Russie), à l'Espace le Carré et la galerie Art connexion à Lille, etc.

L'artiste puise dans la ville son terrain d'expérimentation : elle prélève dans l’architecture urbaine transitoire, celle du bâti secondaire désaffecté, des espaces laissés pour compte, zones inqualifiables reniées du surmodernisme, atopiques. Elle confronte les formes figées issues de ces espaces fragmentaires à l'instantaneité de corps en mouvement, mûs par des activités de jeu, d'équilibres, de déplacements... Corporeité et qualité physique du bâti se permutent, se téléscopent dans un univers plastique caractérisé tant par l'hétérogénéité des supports employés (dessins, vidéos, photographies, installations, sculptures, jeux d'ombre et de lumière, son, wall drawing, etc.) que le statut donné à ses réalisations.

« Les dessins muraux au fusain, figurent des lieux inventés et des machineries facétieuses. Bien qu’ils évoquent des plans, des relevés et des élévations d’architecture, précis et illusionnistes, il émane de ces paysages une inquiétude, liée pour partie à leur désaffection, ou à leur aspect désassemblé et flottant, sans périphérie ni centre. Ce sont, précise l’artiste, plutôt des « hors lieux » que des non-lieux, ces espaces de passage et de transition étudiés par Marc Augé. Ce sont des zones floues, entre construction et déconstruction, des territoires d’impouvoir. De singulières figures hybrides s’agitent dans les dessins au carbone sur papier les animant de leur acrobaties graphiques. Les vidéos sont des ouvroirs d’espaces de liberté, de parcours potentiels, de chemins de traverse dans lesquels le corps, cessant d’être contrant, retenu et empêché, s’adonne à l’expérience du mouvement sans entrave, au plaisir du déséquilibre et de la vitesse. La vraisemblance, toujours, se mêle à la fiction, l’autre côté du miroir interférant sur la banalité en la modifiant subtilement et efficacement pour déterminer, avec l’humour et quelques mélancolie, de fragiles territoires de poésie, de liberté et de création. »
Extrait d’un texte d' Evelyne Toussaint, professeur d’histoire de l’art et d’esthétique, Université de Pau et des Pays de l’Adbour, novembre 2009

Pour en savoir plus :

Catherine Melin sur le site d'Artconnexion (Lille)
• Bientôt plus d'informations sur le site de Documents d'artistes
télécharger le dossier de presse